Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 19:28

Dia, là où la vie vaut pas cher

 

Après l'affaire de la caissière tourquennoise d'Auchan City, licenciée (et finalement réintégrée) pour une erreur de 85 centimes, voici celle du caissier de Dia, 57 ans, qui vient d'être viré à trois ans de la retraite. Il faut dire que, par rapport à sa collègue qui avait mis Auchan en péril, celui-ci (appelons-le Franck comme tout le monde) a carrément failli détruire un empire de 77 milliards d'euros ! Franck travaillait pour une petite surface de cette enseigne, dans un quartier populaire de Tourcoing. Petite certes, mais importante. Les magasins Dia (un nom qui a remplacé les magasins Ed depuis 2012) ont été rachetés l'an dernier par le groupe Carrefour. Quand on pèse 76,9 milliards d'euros (CA hors taxe en 2015) et que l'on comptabilise 13 millions de passages en caisse par jour, on ne peut se permettre de plaisanter. Et comme le petit Dia tourquennois doit arborer l'enseigne de Carrefour bientôt, on ne saurait montrer la moindre complaisance avec un petit caissier qui se comporte en terroriste. Certes, il ne l'a pas fait exprès. Après avoir scanné les articles d'une cliente, pour la somme astronomique de 18,17 euros, il a enregistré le paiement par carte bancaire sans s'apercevoir que celui-ci était refusé.

Franck (dont le salaire court après le seuil de pauvreté) a bien proposé de rembourser lui-même le magasin. Mais c'était oublier qu'on ne marchande pas avec le marché. Un dollar, c'est un dollar. Un euro, c'est un euro. Et si tu touches à un centime de mes euros, tu es mort. Pan ! Pauvre Franck. On lui a fait le même coup qu'à Stéphanie (la caissière d'Auchan). La direction de Dia a expliqué que ce n'était pas la première fois qu'il commettait une petite connerie, qu'il ne respectait pas la procédure maison à la lettre, qu'il se livrait à des « manipulations inappropriées », etc. De toute façon, qui vole un œuf à un bœuf a forcément tort. Depuis le temps, depuis Jean Valjan, ils devraient le savoir les prolos de la France sarkollandaise d'en bas. Surtout quand ils sont veillisants.

L'entreprise La Poste, modèle de management à visage humain, a bien compris le jeu sournois de ces dangereux pauvres qui, par défaut de conscience professionnelle, vont jusqu'à refuser de reporter un AVC de quelques heures ! La Poste devrait prévoir des formations pour les dirigeants de la grande distribution.

 

Philippe ALLIENNE

 

(publié dans Liberté Hebdo n°1236 du 9 au 15 septembre 2016)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche