Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 09:47

Le sein doux de la République

 

Jean-Pierre Chevènement et Manuel Valls frères de lait ? C'est fort possible s'il leur plaît de se dire nourris au même sein d'une République qui semble aujourd'hui leur échapper.

C'est qu'ils veillissent les frérots. L'aîné, Jean-Pierre, a déjà eu l'occasion d'aller tutoyer le créateur. C'est ce qu'en retiendront peut-être les générations futures. Dommage, l'ex-préfet d'Oran, durant le massacre de juillet 1962, a bien davantage à raconter. Mais s'il est vrai que la vieillesse est un naufrage, alors sans doute est-ce ainsi qu'il faut expliquer ce que son entourage nomme un lapsus. Double lapsus du reste, auquel cas nous parlerons plutôt de bégaiement ou de radotage. En effet, celui qui s'était jadis illustré contre la dérive libérale du gouvernement Mauroy puis contre la guerre du Golfe de 1991, estime que dans ce pays, «le processus d’intégration n’est plus possible puisqu’il y a, à Saint-Denis par exemple puisque l’on a pris cet exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu ».

Passons sur la qualité d'expression française sans doute sacrifiée sur l'autel de l'émotion (c'était chez Patrick Cohen, la matinale de France Inter). Voilà le futur président pour la fondation de l'Islam de France qualifié de « raciste » par le maire-adjoint de la ville exemplaire. L'accusé ne ferme pas sa gueule et ne démissionne pas. Il dénonce des attaques « fielleuses ». Juste avant son « lapsus », il avait estimé que le « port de certaines tenues » (z'avez entendu « burkini »?) n'est pas sans lien avec le « djihadisme meurtrier qui s'est abattu dans notre pays ». Ici, celui qui nous avait habitué à la fine analyse préfère stigmatiser. Au passage, il égratigne encore la langue de Molière. Ne fallait-il pas dire : « … qui s'est abattu sur notre pays » ? Ou alors : « … qui s'est abattu au sein de notre pays » ? Il aurait alors été en phase avec le téton caché ou apparent de Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Mireille Mathieu, Laetitia Casta ou de cette Femen prêtant ses traits et arrondis à la représentation sculptée de Marianne.

Il aurait produit l'accord parfait avec l'envolée lyrique du Premier ministre, Manuel Valls, qui évoquait la tête et le sein nus de l'allégorie républicaine pour les opposer au voile musulman. Quand les élites zélées et exaltées font des gorges chaudes de la laïcité et de la liberté, il n'est pas sûr que la République en sorte grandie. Manuel Valls a-t-il oublié que la Marianne de 1792 aime porter le bonnet phrygien, une coiffure d'origine orientale symbolisant la liberté ?


 
Philippe ALLIENNE
(publié dans Liberté Hebdo n° 1235 du 2 septembre 2016).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche