Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 19:58

Un peu de liberté contre une illusion de sécurité

 

Inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (que l'on retrouve au préambule de la Constitution) et garanti par la Convention européenne des droits de l'homme, le droit de manifester ne devrait souffrir d'autres restrictions que celles prévues par la loi (trouble à l'ordre public ou mots d'ordre contraires à la loi).

Or, ces derniers temps, les atteintes à ce droit ont une fâcheuse tendance à se répéter. Et la crainte pour l'ordre public a souvent bon dos. Les opposants à la loi Travail l'ont cruellement vécu lorsque les pouvoirs publics leur ont dans un premier temps interdit de marcher et, dans un second temps, ont réduit leur parcours en un circuit ridicule.

A Lille, le préfet n'a pas autorisé ceux qui s'indignaient de l'ouverture, au cœur de la ville, d'un lieu de ralliement et d'entraînement pour les « identitaires », à protester de trop près. Tandis que les xénophobes, racistes, bas du front et fascistes authentiques arboraient fièrement leurs muscles tout en rappelant que seuls les blancs, chrétiens de préférence, sont autorisés à fréquenter leur établisse ment privé. Un lieu certes « privé » mais qui s'interdit de respecter la loi en affichant clairement son racisme et ses idées fascistes.

La dernière interdiction en date vient de la préfète du Pas-de-Calais. Dans un arrêté daté du 29 septembre, elle « interdit toute manifestation revendicative en lien avec la question des migrants à Calais et dans plusieurs communes du calaisis, le samedi 1er octobre ». La représentante de l'État vise ainsi une « coalition internationale des Sans-papiers et migrants » qui envisageait l'organisation d'un rassemblement sur le campement de la Lande suivi d'une manifestation en direction du centre ville de Calais.

La préfecture craint des débordements et des risques d'affrontements entre « extrémistes d'ultra-gauche et d'ultradroite ». Elle met aussi en avant « la très forte mobilisation des forces de l'ordre pour lutter contre l'immigration clandestine et prévenir la menace terroriste qui ne permet pas de dégager des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité du cortège ».

Passons sur l'interdiction, lors de la coupe du monde, d'afficher des signes ou slogans politiques ou syndicaux contre la loi Travail. Mis bout à bout, ces mesures sont particulièrement inquiétantes. Elles s'attaquent aux revendications sociales, aux convictions politiques, au militantisme anti-raciste, aux défenseurs des droits de l'homme, à ceux qui sont convaincus que la liberté de circuler par delà les frontières est un droit humain fondamental.

A céder un peu de liberté contre un peu de sécurité, disait Benjamin Franklin, on perd l'une et l'autre.

 

Ph A

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche