Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 22:27

Soeur Sourire et le trou de la Sécu

 

Au matin du 26 septembre, alors que François Hollande était en visite dans le Calaisis (en prenant soin d'éviter la terrible jungle), les commentateurs des grands médias de la radio et de la télé ne semblaient pas au courant des derniers chiffres du chômage dont la publication était prévue en fin de journée. Décidément, le président n'a vraiment pas de bol. Alors que l'on voulait nous faire avaler une hypothétique inversion de la courbe du chômage, le verdict est tombé froidement : 50 200 chômeurs supplémentaires en août. Soit une hausse de 1,4%, la plus forte depuis janvier 2013. Tous ne meurent pas, mais tout le monde est touché : les moins de 25 ans (+2,3%), les 50 ans ou plus (+1,2%), les demandeurs d'emploi de longue durée (+0,5%).

Ainsi, plus le président s'avance vers l'annonce d'une candidature à sa succession, plus les chiffres se montrent têtus. Pourtant, dans les ministère (celui de Myriam El Khomri en l'occurence) et à l'Élysée, l'optimisme ne se laisse pas entamer. La minsitre du Travail rappelle que le chômage a effectivement régressé globalement depuis le début de l'année. Et puis, elle explique les chiffres calamiteux du mois d'août par les conséquences des attentats et... des grèves contre la loi Travail ! Il fallait tout de même y penser. D'ailleurs, la ministre prévoit une embellie dans les mois qui viennent. Dommage que l'Unédic la contredise en annonçant 79 000 chômeurs de plus l'an prochain en raison d'un ralentissement de la croissance.

Là encore, sur la croissance, le gouvernement entend se persuader qu'elle sera de 1,5% cette année et l'année prochaine. Il la voit donc supérieure à ce que sera probablement le PIB (le produit intérieur brut) dont les spécialistes disent qu'il ne dépassera pas 1,3% ! Du reste, le budget 2017 qui vient d'être présenté (ce 28 septembre) est bien loin de convaincre le Haut conseil des finances publiques. Outre l'optimisme débridé tel qu'il est affiché, le HCFP souligne par exemple la discrétion du projet de loi de finances sur la recapitalisation d'EdF et d'Areva (respectivement 4 et 5 milliards qu'il faut trouver).

Reste pourtant un dernier sourire. Celui du désespoir ? Il est arboré par Marisol Touraine. La ministre de la Santé ne se sent pas de joie d'avoir résorbé le déficit de la Sécurité sociale. Elle en est certaine, ce sera effectif dès 2017. Dans le camp de la droite, on lui fait gentiment remarquer que ce résultat est dû, en grande partie, à la réforme du régime des retraites menée en 2010 par le gouvernement Fillon ! Pour qui avait des doutes, on sait définitivement dans quel camp se range le Parti socialiste au pouvoir. Celui de la rigueur et de l'austérité droitières. La sénatrice communiste du Nord, Michèle Demessine, ne s'y trompe pas quand elle rappelle la dégradation de la prise en charge des soins.

« Après avoir repoussé l’âge de départ à la retraite en 2014, supprimé l’universalité des prestations sociales en 2015, imposé une cure d’austérité sans précédent de 11 milliards d’euros pour les hôpitaux, le gouvernement se félicite donc d’avoir « sauvé la Sécurité sociale » . Je tiens à dénoncer avec force ce mensonge de la part d’un gouvernement qui n’a eu de cesse de poursuivre la politique libérale en réduisant les moyens des hôpitaux, en exonérant les entreprises et en mettant à mal les principes fondateurs de la Sécurité sociale », écrit Michèle Demessine.

De quoi freiner les ardeurs des frères et sœurs Sourire du gouvernement.

 

Philippe ALLIENNE

 

(Publié par Liberté Hebo dans son édition du 30 septembre 2016)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche