Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 21:29

Une nouvelle catastrophe économique et sociale
pour Dunkerque


Ce jeudi soir, 11 février, dans l'émission "A vous de juger" de France 2, Arlette Chabot reçoit Xavier Bertrand et François Hollande. Le thème : "Comment va la France ?" Elle aborde le dossier de la raffinerie des Flandres, à Dunkerque. En duplexe de Dunkerque : François Croquefer, secrétaire de la CGT. La journaliste lui demande d'expliquer quels seraient les effets d'une fermeture de la raffinerie pour le port de Dunkerque. Pas trop de temps pour répondre. Voici les chiffres tels que nous les avions recueillis le 28 janvier, lors de la conférence de presse de Grand Port Maritime de Dunkerque...

 

Le trafic généré par la raffinerie Total représente 10 millions de tonnes, soit plus de 20% du trafic total du port de Dunkerque. Il se réduirait à environ  2 Mt en cas de transformation en dépôt.. Pour le port, elle génère également 10 millions d’euros de droits de port et 4,8 M€ de recettes domaniales. C’est 18% du chiffre d’affaires réalisé par le port (Grand Port Maritime de Dunkerque, ex port autonome).

 

En dehors du GPMD,  la raffinerie représente 15 à 16% du CA  du pilotage et du remorquage. Sans compter les autres services portuaires comme le lamanage et les entreprises de consignation de navires. La fermeture serait une catastrophe sur le plan social et économique. Toutes proportions gardées, Dunkerque n’a pas connu pire depuis la fermeture des chantiers navals (1988).

 

Martine Bonny, présidente du directoire du Grand Port Maritime de Dunkerque, craint un « effet domino » sur l’ensemble des activités portuaires. En effet, si les services portuaires, comme le pilotage, le remorquage, le lamanage, etc. sont mis en difficulté, le risque est grand de voir la qualité de service diminuer pour les autres navires et les autres trafics. « Nous ne pouvons nous permettre une perte de la qualité de service en diminuant la voilure, résume Martine Bonny. Nous ne voulons pas entrer dans une spirale infernale ».

 

L’intersyndicale de la Raffinerie des Flandres va plus loin. En soulignant que le groupe Total s’apprête à annoncer plus de 9 milliards de bénéfices et en pleine crise, elle explique dans un tract, que « c’est donc pour engranger encore plus d’argent pour ses actionnaires [qu’il] envisage la fermeture de la raffinerie des Flandres. (…) Une telle stratégie, si elle n’est pas contrée, peut inviter d’autres gros employeurs locaux à agir de même, sans autre forme de procès ! ».

 

L’intersyndicale détaille par ailleurs les principales synergies que la raffinerie nourrit avec les autres entreprises du Dunkerquois : Polimeri Europa France (ex Copenor – 440 salariés et 250 sous-traitants), Polychim (75 salariés et 10 sous-traitants), SRD (ex raffinerie BP – 260 salariés, 30 intérimaires et 60 sous traitants), Lesieur, Air Liquide, etc.

 

Au total, la raffinerie des Flandres travaille avec une dizaine d’entreprises importantes employant (hors Grand Port Maritime) plus de 1250 salariés et 450 sous-traitants directs.. Total Dunkerque, c’est encore une capacité de distillation de 7 millions de tonnes, soit 8 % de la production française.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche