Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 12:09

Sarkozy persiste

SIGNONS !



http://www.rsf.org/fr-petition36145...

Au moins, Laurence Ferrari lui aura-t-elle posé la question. Avant l'émission "Paroles de Français" - très modérée par Jean-Pierre Pernaut-  ce lundi soir  25 janvier, le chef de l'Etat se prêtait à une interview de la présentatrice de TF1. Devant le 8,8 millions de téléspectateurs de ce JT d'exception, Nicolas Sarkozy a évoqué le sort des deux journalistes de France 3 enlevés et retenus en Afghanistan depuis le 29 décembre.
Serait-il revenu sur les propos rapportés quelques jours plus tôt par Claude Guéant, le secrétaire général de l''Elysée ?  Que nenni ! Après avoir accusé les journalistes otages d'"imprudence vraiment coupable", le chef de l'Etat a récidivé lundi. Il "sera temps une fois qu'on les aura fait revenir dans leurs familles de voir ce qui s'est passé, et pourquoi ils se sont conduits comme cela", a-t-il déclaré.
Si ces deux journalistes "se sont conduit comme cela", c'est qu'ils voulaient faire leur travail, Monsieur le président. Leur travail d'information qui n'a pas à être encadré par l'armée ou les dirigeants de ce pays.
Déjà, lors des prises d'otages de journalistes en Irak (Christian Chesnot, George Malbrunot, Florence Aubenas...), le président de l'époque, Jacques Chirac, avait appelé la profession à ne pas se rendre dans les zones sensibles. Cette fois, l'Elysée va plus loin encore en évoquant les risques pris par l'armée pour les libérer et... le coût que cela engendre !
Après les propos de Claude Guéant, l'association Reporters sans frontières a protesté et a mis en ligne une pétition. Soyons nombreux à la signer. La liberté de la presse et le respect de ceux qui vont sur le terrain pour nous informer mérite au moins cela :
http://www.rsf.org/fr-petition36145...

De leur côté, une soixantaine de journalsites, dont Florence Aubenas, se sont également élevés contre le dénigrement de leurs confrères et contre le manque de retenue de l'Elysée. Ils ont signé un texte où ils disent notamment :
« Nous ne pouvons pas admettre que des responsables politiques mettent en cause la probité professionnelle de nos confrères et amis.
Journalistes et amis, nous n'accepterons pas que la réputation de nos confrères soit salie et diminuée alors même qu'ils sont encore aux mains de leurs ravisseurs et qu'ils n'ont pas encore livré le récit de leur enlèvement ».

Le président a reçu les familles des otages. C'est bien. Souhaitons une prompte libération de ces derniers. Ils ne manqueront sous doute pas de remercier M Sarkozy. Avant d'être tancés ?

Philippe Allienne

 

.


Partager cet article

Repost 0
Published by Kelma Presse - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche